Filtrer

Toutes les Sessions

Filtrer
18 mars19 mars20 mars
08:30 - 10:00
Petit amphithéâtre - Salle Blin

Session 2 - Quels enjeux des réseaux pour la vie des territoires ?

Les réseaux de transport sont parties prenantes du fonctionnement du territoire et de sa vie économique, et interviennent dans le quotidien des usagers ou des habitants. Diverses catastrophes récentes d’origine naturelle ou anthropique ayant touché des infrastructures de transport ont engendré des désordres notoires sur le territoire : asphyxie locale, désorganisation régionale ou conséquences nationales, souvent immédiates et parfois de longue durée. Pour tout acteur territorial, il devient alors opportun de s’intéresser à la résilience de son territoire face à la possible défaillance d’une infrastructure de transport. Quels sont les enjeux du bon fonctionnement des réseaux ? Comment identifier ces enjeux, propres à chaque réseau et à chaque territoire ? Dans cette session, le rôle étroit entre performance d’un réseau de transport et fonctionnement du territoire est illustré par des exemples récents d’aléas variés : incendies, inondations, glissements de terrain ou autres. Responsable : Geneviève RUL - Cheffe du groupe Risques rocheux, mouvements de sols, Cerema Conférences : Réseaux de transport et impacts en cascade : l’exemple des incendies de forêt d’août 2016 à Marseille et ses environs Yves LESPINAT – DREAL PACA Effets de la coupure d’un axe stratégique sur un territoire : l’exemple de l’incendie du Pont Mathilde à Rouen Régis SOENEN – Cerema Impact de la fermeture longue d’un tunnel sur la vie d’une vallée alpine : l’exemple du glissement de terrain du Chambon en Isère Geneviève RUL – Cerema Coupure de l’autoroute A10 : retour d’expérience suite aux inondations de mai et juin 2016 dans l’orléanais Rodolphe PANNIER – Centre Européen de Prévention des Inondations (CEPRI)
08:30 - 10:00
Salle 2.4

Session 4 - Les infrastructures de transport face aux risques naturels et technologiques

Le territoire français est largement exposé aux risques naturels tels que les inondations, glissements de terrain, chutes de blocs, cavités souterraines, retrait-gonflement des argiles, avalanches, etc. ; ainsi qu’aux risques technologiques. Ces risques menacent, entre autres aménagements, les infrastructures de transport et occasionnent régulièrement des préjudices économiques et des dommages très importants sur les territoires, allant parfois jusqu’à interrompre partiellement ou totalement les flux de transport. Comment prendre en compte ces risques ? Comment y faire face ? • Surveiller ? • Adapter les constructions ? • Mettre en place des systèmes de protections ? • Transformer ces contraintes en atouts ? Cette session présente des méthodes et stratégies de prévention qui peuvent être mises en place par les gestionnaires de réseaux. Responsable : Marianne CHAHINE - Directrice technique du domaine Géotechnique, Cerema Animateur : Véronique BERCHE - Référente technique – Experte Géotechnique et risques, Cerema La gestion des risques sur un réseau routier départemental de montagne Anne LESCURIER – Conseil départemental de Savoie Quand la gestion du patrimoine se confond avec la gestion du risque : Laon, le risque à préserver ! Denis MONTAGNE – Ville de Laon Quand le diagnostic de vulnérabilité aux inondations d'une caserne pointe du doigt les infrastructures de transport ! Vincent RÉMY – Cerema La réduction de la vulnérabilité des usagers des voies de transports aux risques technologiques Mathieu MAUPETIT – Cerema  
08:30 - 10:00
Salle 2.5

Atelier C - Et si les ouvrages d’art étaient aussi des « ponts à vivre » ?

Atelier DESIGN LAB Les ouvrages d’art sont au cœur d’enjeux multiples pour la cohésion et la valorisation des territoires. Au-delà du franchissement, ils peuvent être des lieux fédérateurs, offrir des espaces d’urbanité et de convivialité ou encore, promouvoir les ressources locales. Espaces publics à part entière, ils participent aux projets d’aménagement, à l’échelle du quartier, de la ville, ou du grand site. Tout en répondant à de nombreuses contraintes, ils contribuent à une dynamique de projet respectueuse de l’histoire et du patrimoine, et porteuse de mutations et de nouvelles pratiques. • Que peut-on attendre d’un ouvrage d’art en matière de qualité d’usages et de services à rendre aux territoires ? • Quelles sont les marges de manœuvre pour les maîtres d’ouvrage et maîtres d’œuvre, pour programmer et concevoir des ouvrages générateurs de qualité de vie ? • En quoi, les ponts et passerelles pourraient-ils fabriquer de la ville comme tout autre espace public ? L’atelier propose de confronter les regards de maîtres d’ouvrages et de maîtres d’œuvre, de croiser les approches de l’ingénieur et de l’architecte, de l’urbaniste et du paysagiste, pour enrichir une culture de la qualité d’usage des ouvrages d’art et ainsi en faire « des ponts à vivre ». Responsables : Renée BACQUEVILLE - Chargée de mission aménagement durable, CEREMA Nadia AUBRY - Chargée d'études aménagement, CEREMA
08:30 - 10:00
Salle 2.3

Atelier B - Compétences internes et métiers dans la gestion des ouvrages d’art

Atelier DESIGN LAB La gestion patrimoniale des ouvrages d’art répond à des enjeux importants : diagnostic et contrôle de l’état du patrimoine, durabilité des infrastructures et des matériaux, adaptation aux évènements climatiques extrêmes, sécurité des usagers. Plusieurs rapports récents ont mentionné que l’état de ce patrimoine n’était pas toujours connu et que son niveau d’entretien était hétérogène, tant au niveau des collectivités territoriales que du réseau routier national non concédé. Les maîtres d’ouvrage publics et les exploitants privés soulignent que la gestion des ouvrages d’arts requiert des savoir-faire spécifiques. Or, ces compétences deviennent de plus en plus rares en raison de plusieurs facteurs : peu de formations initiales, manque d’attrait pour le secteur routier, départs à la retraite. Par ailleurs, la mise en œuvre de ces savoir-faire nécessite l’utilisation de méthodes spécifiques qu’il peut être intéressant d’acquérir, pour leur objectif de meilleure gestion patrimoniale et pour permettre l’optimisation de l’utilisation des crédits. Responsables : Christophe AUBAGNAC - Chef du groupe ouvrages d'art, géotechnique et risques naturels, CEREMA Brigitte CASTAINGS - Conseillère formation, CNFPT TÉMOIN : Frédéric ÉLISABETH - DÉPARTEMENT DU NORD EXPERTS : Frédéric DUBOIS - FACULTÉ DES SCIENCES ET TECHNIQUES DE LIMOGES Jérôme SALIBA - ÉCOLE NATIONALE DES TECHNICIENS DE L’ÉQUIPEMENT D’AIX-EN-PROVENCE
08:30 - 10:00
Grand Amphithéâtre - Salle Moebius

Session 1 - Vers de nouvelles mobilités ? Enjeux et potentialités dans les territoires

L’usage des routes et des rues évolue rapidement. Les pratiques de mobilités émergentes bousculent les modèles économiques existants. L’accès à la mobilité routière reste au cœur de la cohésion territoriale et de l’équité entre zones urbaines, périurbaines et rurales. Les prochaines années seront marquées par une hausse de la demande de solutions durables et efficaces en matière de mobilité des personnes et des biens. Les véhicules seront progressivement « décarbonés », leurs équipements connectés contribueront à rationaliser la conduite et le trafic. Le développement du partage tant des données que des véhicules et l’intégration « intelligente » des diverses modalités de transport pourraient constituer la base du modèle principal d’offre de transport : une mobilité personnelle optimisée et « à la demande », ainsi que de nouveaux modes de transports collectifs. Cette session aborde les conséquences de ces perspectives d’évolution de la mobilité sur les infrastructures routières. Responsable : Nicolas HAUTIÈRE - Adjoint au directeur du département Composants et Systèmes, Ifsttar PANEL : Jean-Bernard KOVARIK - IFSTTAR Philippe DURON - TRANSPORT DÉVELOPPEMENT INTERMODALITÉ ENVIRONNEMENT (TDIE) Christine LEROY - ROUTES DE FRANCE Elias SEDDIKI - EGIS Brigitte DESVEAUX - COMMUNAUTÉ D’AGGLOMÉRATION DE LA ROCHELLE Stéphane CHANUT - CEREMA
08:30 - 10:00
Salle 2.2

Session 3 - Matériaux innovants : vers des solutions durables et vertueuses

La France dispose d’un parc d’ouvrages d’art et d’un réseau routier remarquable, mais vieillissant. Par ailleurs, ces structures doivent faire face à des sollicitations de plus en plus importantes. Enfin, le domaine de la construction en général se doit de prendre en considération des enjeux du développement d’une économie circulaire et participer à la réduction de la production de déchets et de la consommation de matières premières non renouvelables. Cette session présente les enjeux liés aux nouveaux matériaux pour les réseaux de transport, différentes initiatives mises en œuvre, ainsi que des éléments de perspectives reposant sur l’innovation dans le domaine des chaussées. Responsable : Alexandre PAVOINE - Chef du pôle Matériaux, Cerema Animateur : Pascal ROSSIGNY - Chef du centre Sécurité Environnement et Patrimoine, Cerema Des matériaux pour relever le défi du vieillissement des structures et des infrastructures de transport. Contexte et enjeux. Marie-Thérèse GOUX – DGITM Une démarche pour intégrer des enjeux environnementaux dans les chantiers de travaux publics et capitaliser les pratiques sur un territoire Ariane GRAZIANI – Chambre syndicale des travaux publics de Seine-et-Marne (CSTP 77) Les nouveaux matériaux pour la construction et la réparation des ouvrages d’art Philippe JANDIN – Cerema Innovations dans le domaine des matériaux bitumineux Christine LEROY – Routes de France
14:15 - 15:45
Salle 2.5

Atelier F - Les ouvrages d’art dans la gestion de crise

Atelier DÉCOUVERTE Lorsque survient une crise liée à un phénomène naturel tel qu’une inondation, un séisme ou encore une tempête, la tenue des infrastructures de transport revêt un enjeu particulièrement prégnant, à la fois vis-à-vis de l'exposition au risque des usagers (victimes directes en cas d'effondrement d'un pont, d'un éboulement de rochers sur la route ou de submersion des ouvrages hydrauliques par exemple), et aussi du fait des conséquences indirectes associées au rôle de ces infrastructures dans la gestion de crise et l'organisation des secours (accès des secours aux zones sinistrées, évacuation des victimes vers les centres de soins, reprise de l'activité socio-économique à moyen terme, etc.). Au sein de ces infrastructures, les ouvrages d'arts tels que les ponts, murs ou digues, du fait de leur sensibilité particulière, représentent généralement des points critiques. Les décideurs locaux, face aux questions soulevées d'une part par la gestion efficiente du patrimoine dont ils ont la charge, d'autre part par leur responsabilité dans la préparation à la gestion de crise, peuvent se trouver démunis pour évaluer le risque à l'échelle de leur territoire et prioriser les actions à mener dans un contexte de moyens limités. L'objectif de l’atelier, au travers de la présentation d'actions opérationnelles déjà mises en œuvre, est d'échanger autour des outils pour répondre à ces problématiques. Responsables : Jean-Christophe CARLES - Responsable de la division ouvrages d'art, adjoint au chef de département, CEREMA Denis DAVI - Responsable risques sismiques et infrastructures, CEREMA
14:15 - 15:45
Grand Amphithéâtre - Salle Moebius

Session 5 - Vers de nouvelles mobilités ? Enjeux et potentialités des véhicules autonomes

Navettes autonomes, véhicules autonomes partagés, véhicules individuels autonomes : expérimentations d’aujourd’hui, nouvelles offres potentielles de mobilité de demain. Au-delà de l’innovation technologique se pose la question de l’apport de ces nouveaux modes : comment peuvent-ils répondre aux besoins de mobilité aujourd’hui difficilement assurés par des modes de transport conventionnels ? Comment garantir, voire améliorer la sécurité des déplacements tout en réduisant les autres externalités négatives des déplacements ? Comment mettre en œuvre ces services : faut-il adapter ces nouveaux véhicules aux infrastructures ou adapter les infrastructures et l’espace public à ces nouveaux véhicules ? La session fait le point sur les connaissances actuelles ainsi que les besoins et les attentes, parfois fortes, des différentes composantes de la société et des acteurs du véhicule autonome. Responsable : Sylvain BELLOCHE - Responsable de la mission Véhicule autonome, Cerema Introduction Sylvain BELLOCHE – Cerema Que sont les véhicules autonomes ? A quoi peuvent-ils servir en termes de mobilité ? Alicia ALIAGA – Cerema Qu'attendre du véhicule autonome pour les déplacements de demain ? Le point de vue d'un opérateur de transport Véronique BERTHAULT - RATP, FRANCE VÉHICULE AUTONOME Point de vue des citoyens : attentes et craintes exprimées lors du débat « Véhicule sans conducteur » Judith FERRANDO – Missions Publiques SARL Mobilité autonome dans les villes européennes : interrogations, positions et adaptation des autorités locales Thomas MOUREY – POLIS Network L’insertion d’un véhicule autonome dans la réflexion prospectiviste d’une collectivité – l’exemple de la Métropole Rouen Normandie Catherine GONIOT – Métropole Rouen Normandie
14:15 - 15:45
Petit amphithéâtre - Salle Blin

Session 6 - Quels leviers pour améliorer la résilience des réseaux ?

Support de l’activité économique des territoires, lien social, vecteur indispensable pour l’acheminement des secours vers les zones impactées par les aléas naturels dans un contexte de changement climatique, les infrastructures et réseaux de transport constituent un maillon essentiel dans le fonctionnement résilient des territoires. Les gestionnaires du système de transport territorial sont les garants d'un fonctionnement optimal de leur réseau, ils doivent veiller ainsi à son adaptation aux aléas naturels et enjeux du changement climatique entre autres. Quels leviers et quels outils peuvent-ils mobiliser pour assurer la résilience du système de transport et être en capacité de recouvrir au plus tôt les fonctions essentielles requises pour le réseau ? La session met en en exergue une sélection de retours d’expérience illustrant la mobilisation de leviers potentiels depuis la conception du système et de ses composantes jusqu’aux évolutions possibles des systèmes existants, tout en tenant compte des enjeux d’exploitation. Responsable : Roland COTTE - Directeur du département Laboratoire de Clermont-Ferrand, Cerema Résilience optimale d'un système de transport au profit du territoire – Une approche juridique Ariane FÉVRIER Anticiper durablement : l'exemple du Lido – Recul stratégique d'une route littoral dans l'Hérault Michel PIEYRE – Conseil départemental de l’Hérault Crise hivernale : quelle gouvernance et plan d'actions pour anticiper et gérer les événements ? Alain REME , Marion LABAINVILLE – Cerema Adaptation du littoral au changement climatique : de la connaissance des enjeux vers des actions d'adaptation Vanessya LABORIE – Cerema Adaptation des infrastructures de transport comme facteur d'amélioration de la résilience des territoires – l'approche RESALLIENCE Karim SELOUANE – Directeur de Resallience (Sixense groupe VINCI)
14:15 - 15:45
Salle 2.2

Session 7 - Changement climatique : vulnérabilités et stratégies d'adaptation

De nombreux événements climatiques impactent les infrastructures et la qualité des services supportés par les réseaux de transport. Or, avec le changement climatique, ces impacts pourraient s’amplifier, d’où l’importance de comprendre les vulnérabilités des réseaux et de définir des stratégies d’adaptation. En outre, les bénéfices potentiels de l’adaptation sont nombreux : amélioration de la prévention des risques et des catastrophes, amélioration des stratégies de gestion, optimisation des dépenses d’entretien et d’investissement à moyen terme dans un contexte budgétaire restreint… Cette session présente les grands enjeux de l’adaptation, une méthode pour y répondre, illustrée par des exemples d’applications et enfin, un état de l’art de l’adaptation en France. Responsable : Marie COLIN, Responsable de projet Résilience et infrastructures, Cerema Animateurs : Julie DAUNAY - Manager chez Carbone 4 Clément ORY - Consultant sénior chez Carbone 4 S’outiller pour mesurer et gérer les risques liés au changement climatique : quels enjeux ? Julie DAUNAY, Clément ORY – Carbone 4 Une méthodologie pour analyser les vulnérabilités des réseaux de transport au changement climatique Marie COLIN – Cerema Prendre en compte les enjeux du changement climatique de façon opérationnelle dans la gestion des réseaux de transport : où en est-on ? Vivian DÉPOUES – I4CE Vers des réseaux plus résilients : l’exemple de la DIR Méditerranée Stéphane LEROUX – DIR Méditerranée Vers des réseaux plus résilients : l’exemple du Grand Port Maritime de Bordeaux Perrine VERMEERSCH – Cerema
14:15 - 15:45
Salle 2.4

Session 8 - Réseaux de transport : améliorer la gestion de crise et post-crise

Les réseaux de transport sont susceptibles d’être impactés par les catastrophes qui touchent les territoires. Potentiellement vulnérables du point de vue structurel et fonctionnel, ils sont également vecteurs de vulnérabilités pour le territoire : leurs dysfonctionnements peuvent amplifier les crises, par effet domino. Gérer les dysfonctionnements des réseaux vis-à-vis des usagers est donc un enjeu important qui doit mobiliser conjointement gestionnaires de réseaux et collectivités. Cette session expose des solutions trouvées par ces acteurs pour atténuer l’impact des crises sur les réseaux présents sur leurs territoires, prioriser leurs actions vis-à-vis des différents besoins des usagers et des services prioritaires, le plus souvent en partenariat. Responsable : Anne CHANAL - Responsable du service Vulnérabilité/Gestion de Crise, Cerema Gestion de crise pour une collectivité : les enjeux Pascal MALLET – Le Havre Seine Métropole Coordination entre acteurs : exemple de coordination entre un gestionnaire routier et une collectivité lors d’un glissement de terrain en montagne Pierre AZEMARD – Cerema Outils et méthodes pour la gestion de crise dans les transports Daniel AUBARET – Kisio Évacuation des déchets post-crise : comment préparer le territoire à retrouver son "visage d'avant" ? Laurent EISENLOHR – Cerema Sébastien LIANDRAT - Cerema
16:30 - 18:00
Salle 2.2

Session 11 - Ouvrages d'art : gestion d’un patrimoine sous fortes contraintes

L’accident du pont de Gênes a rappelé cruellement que la gestion de patrimoine ne souffre aucune négligence. Son contexte particulier met en évidence la très grande difficulté de gestion des ouvrages stratégiques, plus encore pour des franchissements qui nécessitent des structures exceptionnelles. La fermeture temporaire d’axes de circulation stratégiques pour travaux paraît souvent impensable aux acteurs locaux, qui peuvent craindre un impact grave sur la vie économique du territoire desservi. Or, de nombreux ouvrages d’art permettent de circuler sur ces axes stratégiques. Cependant, malgré ces contraintes, leur gestion est non seulement nécessaire mais possible ! Elle repose sur un travail conjoint de l’exploitant et du gestionnaire pour définir et mettre en œuvre une méthodologie d’expertise reposant sur une connaissance suffisante de l’ouvrage et une réparation adaptée au mieux à la fois à la pérennité de l’ouvrage et à la limitation des contraintes d’exploitation. Cette session présente ainsi un panorama d’expériences de méthodologies novatrices d’instrumentation, de gestion des risques, de conception de réalisation et de gestion d’axes stratégiques. Responsable : Pierre CORFDIR - Chef du centre Techniques d’ouvrages d’art, Cerema Système NEURON de MORPHOSENSE : des indicateurs et des outils jusqu’alors inaccessibles pour le monitoring structurel des ouvrages d’art, la gestion de risque et la maintenance prédictive Alexandre PALÉOLOGUE, Mikaël CARMONA – Morphosense Transformer une tranchée couverte pour baisser les contraintes et les coûts d’exploitation Anthony PRUVOST – Cerema Gérer un ouvrage stratégique : le cas du viaduc métallique d’Autreville Rafael ORTIZ - DIR EST Gérer un ouvrage stratégique : le cas du viaduc en béton précontraint de la Ricamarie Julien Cabut - DIR Centre-Est Jean-Paul DEVEAUD – Cerema Améliorer un réseau pour gérer les transports exceptionnels : la desserte de la ville de Belfort Damien CHAMPENOY - Cerema Gérer les...
16:30 - 18:00
Salle 2.4

Session 12 - Environnement, santé et cadre de vie : quelles routes pour demain ?

Les infrastructures de transport font peser un impact fort sur l’environnement. Les études d’impact réalisées avant chaque projet neuf ou d’aménagement ont pour objectif d’analyser ces impacts. Concernant les milieux naturels par exemple, il peut s’agir d’impacts directs de destruction, ou d’impacts indirects de rupture des continuités écologiques. Les progrès des connaissances scientifiques et techniques permettent aujourd’hui de mieux mesurer ces impacts et de proposer des solutions visant à les éviter, réduire ou compenser, aussi bien lors de la création d'infrastructures ou d’aménagements (notamment via les études d’impact), que dans la gestion du réseau existant. En parallèle, la santé du riverain et son cadre de vie sont de mieux en mieux pris en compte lors des projets et dans les phases d’exploitation. Les approches systémiques sont plus facilement déployées et les enjeux, liés par exemple au bruit ou à la qualité de l’air, sont quantifiés plus précisément. Responsable : Sophie CARIOU - Adjointe au chef du centre Sécurité Environnement et Patrimoine, Cerema Comment prendre en compte le cadre de vie et l'environnement dans les grands projets d'infrastructures ? Éric GARDAIS – DGITM Les études d'impacts pour les projets d'infrastructures Agnès ROSSO-DARMET – Cerema Vers des infrastructures de moindre impact et plus transparentes pour la faune et les milieux naturels ? Luc CHRÉTIEN – Cerema Santé et inégalité des territoires : les enjeux de la qualité de l'air et du bruit - problématiques, gouvernance, et outils Julie VALLET – Métropole de Lyon, Xavier OLNY - Cerema
16:30 - 18:00
Salle 2.1

Atelier H - Changement climatique : une méthode d’évaluation des vulnérabilités des réseaux

Atelier DÉCOUVERTE Les réseaux de transport doivent faire face à de nombreux aléas naturels qui peuvent les dégrader, voire les détruire, et perturber les déplacements. Ces aléas peuvent avoir un impact très court et localisé, comme une chute de bloc sur une route facilement contournable ; ou un impact de longue durée sur une vaste étendue géographique, comme certaines inondations. Or, ils évoluent avec le changement climatique et pourraient devenir plus fréquents, ou plus violents dans les prochaines décennies, avec des conséquences pour la gestion des déplacements, de la mobilité et surtout, budgétaires. Comment identifier les impacts des aléas naturels sur les infrastructures, les déplacements ou les autres fonctionnalités des réseaux de transport, dans un contexte de changement climatique ? Comment analyser leurs potentielles évolutions ? Quels impacts financiers ? Au travers de trois études de cas : en zone urbaine, sur un grand réseau autoroutier et enfin, sur une zone portuaire. L’atelier présentera une méthodologie d’analyse permettant prioriser les risques pour aider les gestionnaires à déterminer les solutions d’adaptation les plus appropriées. Responsable : Bertrand VEDOVATI - Chargé d’études approche intégratrice des risques, CEREMA EN PRÉSENCE DE : Julie DAUNAY - CARBONE 4 Nicolas FURMANEK - CEREMA Clément ORY - CARBONE 4 Perrine VERMEERSCH - CEREMA